crache ton venin

Vas-y crache ton venin, décoche tes pointes, vomis ce mauvais vin que tu bois dès le matin

Vas-y crache, lave-t-en les mains, serre les poings et balance ta peur en travers de nos chemins

Vas-y dégueule tes reproches sans fin sur ceux qui te tiennent encore la main, ces connards et ces putains

Vas-y hurle-leur enfin à ceux qui t’ont arraché de leur sein comment ils ont fait de toi un « vaut rien »

Allez sors cette bile qui pourrit ton cœur poupin depuis qu’ils t’ont cassé les reins, ces parents – soit-disant … ces amis incertains … et même ce petit chien qui t’a abandonné en chemin

Allez vas-y repeins de tes couleurs de purin l’air cristallin des beaux jours, le bleu divin de tes rêves anciens

Vas-y recrache-les ces petits bonheurs de rien, chatoyants et sereins, c’est qu’ils pourraient te faire croire qu’on peut aller bien !

Non, écrabouille-les, eux et tous ces imbéciles heureux, et tous ces pleurnichards et tous ces hypocrites

Vas-y crache ton venin, n’écoute rien que la musique désaccordée de ton cœur affolé qui te donne tous les droits, crois-tu

Stop !

Putain …

Regarde bien …

Ecoute avec soin …

Ce serpent installé en ton sein, c’est bien toi qui lui souffle ce qu’il siffle

Ce venin que tu craches

Ce chagrin que tu caches

.

.

(2-26 septembre 2008)

Ce texte avait suscité des commentaires qui avaient créé un malaise chez moi ; j’avais alors réagi par un article. A lire icisi le coeur vous en dit

.

Consigne 52 d’Ecriture Ludique : crache ton venin! (texte court sur ce thème + illustration personnelle)

.

.

14 avril 2010
(précédemment publié le 27 septembre 2008)

23 commentaires

  1. Posté le 27 septembre 2008 à 13 h 32 min | Permalink

    Bon week-end, j’appprécie ce que tu écris et aussi le look de ton blog.

    répondre

    mariev répond:

    merci beaucoup Annie, très bon dimanche à toi 😉

    répondre

  2. Posté le 27 septembre 2008 à 13 h 36 min | Permalink

    Je suis contente de voir que l’inspiration est de retour 😉
    On a tous en nous des serpents qui sifflent et persiflent et il est bon d’y faire attention, de laisser sortr ce qui doit sortir, mais de ne pas s’empoisonner inutilement…On est souvent son meilleur ennemi.
    Et j’aime beaucoup ton dessin de serpent qui va avec, il m’a d’ailleurs l’air plutôt sympathique. Tu te sens mieux?
    Bises (mais de moin pour ne pas attraper tes microbes ;-))

    répondre

    mariev répond:

    oh la, de là à dire que l’inspiration est revenue…
    oui, il est bon de le sortir, ce poison, mais surtout, il faut prendre garde à ne pas le déverser sur autrui
    un serpent sympathique? je n’avais vu ça que dans « Le Livre de la Jungle », et encore!!

    ben sinon, j’ai toujours un peu de fièvre et surtout, maintenant, je suis ultra-réveillée, trop réveillée, ça doit être les médocs…
    bise 😉

    répondre

  3. Posté le 27 septembre 2008 à 14 h 24 min | Permalink

    Waow… J4en ai le souffle coupé.
    J’aime particulièrement la strophe qui parle de ces petits bonheurs qui sont capables de nous faire dire un instant que tout va bien.
    Et puis le dessin.
    Et cette conclusion aussi effilée qu’un couteau.

    J’ai bien fait de venir.
    Tu as changé la déco. J’aime bien chez toi. Il y fait chaud.
    Et cette petite vache est très rigolote :)

    répondre

    mariev répond:

    mais surtout, ne pas les repousser, ces petits bonheurs, sous prétexte qu’on est plein de chagrin … ou de venin

    toi aussi, tu as changé la déco (je passe parfois en silence, sais-tu)

    merci à toi 😉

    répondre

  4. Fabien
    Posté le 27 septembre 2008 à 15 h 13 min | Permalink

    Bonjour Mariev

    Pour le texte : C’est bien quand ça sort.

    Pour la santé : j’espère que tu es bien en toi.

    Pour la cigarette : on m’a fait des reproches pendant quinze ans sur la cigarette : aucun effet a par me faire culpabiliser. J’ai arrêté il y a deux mois et pas un gus pour me féliciter.
    Alors bravo Mariev ! Fumes autant que tu en as envie ! Bravo ! Et puis tu as surement de vraies raisons pour fumer. Lorsque tu ressentiras le besoin en toi de passer à autre chose, cela viendra comme un oiseau sur une branche. Alors, vive le café et la cigarette ! Savoure les !

    répondre

    mariev répond:

    eh! eh! oui, oui, je vais profiter … plus très longtemps, je crois …

    Félicitations à toi, en tout cas!! Je vous tire mon chapeau bas, Messire des Bois!

    répondre

  5. Posté le 27 septembre 2008 à 15 h 26 min | Permalink

    Ah tu as eu la force de te traîner hors de ton lit pour nous pondre ce texte! Eh bien doublement bravo alors… c’est vrai qu’on a tous un venin à cracher, et c’est mieux de le sortir que de le laisser nous pourrir de l’intérieur… Une fois que c’est sorti, c’est bon, on peut passer à autre chose!
    Bises, remets-toi bien… avec ou sans cigarette 😉

    répondre

    mariev répond:

    oui, mais il faut aussi prendre garde à n’en pas faire une « arme » contre les autres non plus; je parle de plusieurs choses, en fait, dans ce texte, mais notamment de certains qui font souffrir sciemment les autres sous prétexte qu’ils souffrent, eux …
    et puis les écorchés vifs que j’ai en classe, et puis nos propres zones sombres qui ont régulièrement besoin d’être mises à la lumière, allez hop! on dépoussière!

    répondre

  6. Posté le 27 septembre 2008 à 16 h 11 min | Permalink

    Ton texte me plaît énormént, les métaphores sont exquises.

    B-r-a-v-o !

    répondre

    mariev répond:

    hey, merci Joye!
    😉

    répondre

  7. Posté le 27 septembre 2008 à 17 h 03 min | Permalink

    Tiens, a little get-well present :

    http://jojofrance.blogspot.com/2008/09/pour-mariev.html

    répondre

    mariev répond:

    splendide!
    merci! merci!

    répondre

  8. Posté le 27 septembre 2008 à 17 h 58 min | Permalink

    J’aime bien ton serpent, on dirait un motif de tatouage tribal. Ce serpent que l’on porte en nous, c’est notre part sombre, celle qu’on révèle peu, et pourtant, elle ne demande parfois qu’à hurler effectivement !

    répondre

    mariev répond:

    certains proches m’ont conseillé d’aller voir des tatoueurs avec mes dessins « circonvolutions neuronales »
    oui, il faut laisser cette part sombre s’exprimer … en cadrant un minimum, hein!

    répondre

  9. Marcovaldo
    Posté le 28 septembre 2008 à 6 h 58 min | Permalink

    Pas mal du tout.
    Mais avec cette image, les yeux ronds du serpent, plein d’étonnement, j’aurais vu un style moins provocateur. Mais je vois la vie en rose alors ça me joue des tours parfois !

    Bon dimanche, Marie !

    répondre

    mariev répond:

    oui, c’est vrai, il paraît que mon serpent a l’air sympathique… ce qui va moyennement avec le texte
    mais comme je suis plutôt fataliste, je vais dire « bah, tant pis… »
    bon dimanche à toi aussi

    répondre

  10. Posté le 28 septembre 2008 à 7 h 42 min | Permalink

    je de couvre une partis de toi que je ne connaissait pas..
    Positif??negatif???Je ne sais,mais ces mots là,hurlent d’une facon,que seule la personne qui les ecrits souffre….
    Enfin c’est juste mon ressentie….
    Ma main tendue ce matin….

    répondre

    mariev répond:

    eh bien en fait je ne parle pas du tout de moi; je n’ai jamais éprouvé ce besoin de « cracher »
    j’ai plutôt été inspirée par diverses personnes, en premier lieu celles qui, sous prétexte de souffrir, estiment avoir le droit de faire souffrir l’autre (là, oui, j’y ai été confrontée très personnellement et je ne veux plus de ça), mais aussi des élèves écorchés vifs, et des gens qui ne savent pas exprimer leur souffrance
    le tout menant à la conclusion que peut-être, si l’on regardait bien les racines de notre chagrin, on pourrait le poser, l’apprivoiser … et vivre autre chose!
    😉

    répondre

  11. Posté le 28 septembre 2008 à 11 h 06 min | Permalink

    Eh bien, la fièvre ne t’embrume pas le cerveau au moins ! Magnifique ! Bon dimanche !

    répondre

    mariev répond:

    euh si, un peu , quand même!
    merci et belle soirée à toi 😉

    répondre

  12. Posté le 28 septembre 2008 à 13 h 55 min | Permalink

    De passage depuis chez « Kath » je découvre et apprécie ! belle sensibilité ! Amitiés , je repasserais pour en lire plus !

    répondre

    mariev répond:

    merci à toi, Erik, que je viendrai découvrir (un peu plus tard, si ça t’embête pas, le temps! le temps!)

    à bientôt 😉

    répondre

  13. thaddée
    Posté le 28 septembre 2008 à 15 h 49 min | Permalink

    Ah ben j’adore, c’est vraiment un texte qui « vient des tripes ». Il est entier, sans concession, et je respecte infiniment ce genre d’écriture « d’impact », on ne peut plus directe.
    J’ai un peu triché, du fait que j’ai commencé par lire l’article au-dessus, passionnant à plus d’un titre. D’abord parce que c’est une explication de texte, et j’aime beaucoup quand on entre dans les détails de « fabrication » d’un texte. Mais encore parce qu’il traite d’une question tout à fait intéressante : souffrir donne-t-il le droit de faire souffrir ? Faut-il se venger autour de soi du mal qu’on nous a fait, ou qu’on se fait à soi-même ? Acrimonie, tu nous perdras ! :-)
    J’ai, hélas, eu affaire à des personnes malades, dont la maladie était « prétexte à ». Comme si on pouvait tout se permettre quand on est malade. Comme si c’était la maladie qui réglait ses comptes, et non plus la personne qui s’exprimait !
    J’aime beaucoup cette image, d’être accompagné par son mal, avec qui l’on marche sur le même chemin. Certes, c’est un compagnon de route. Embarrassant parfois. Mais en aucun cas il ne doit guider nos pas. Il vaut mieux, même, qu’il reste un peu en arrière…
    Je pourrais en écrire des pages mais quand même ça ne se fait pas d’écrire des com. interminables.
    Tout ça pour dire que j’ai vraiment accroché et sur ton texte, et sur ton explication de texte.
    Merci de tes com. toujours si vibrants de sincérité, et bonne fin de week-end à toi Mariev ! Gros bisou et ma foi…à un de ces jours ? :-)
    Heureuse de t’avoir lue.

    répondre

    mariev répond:

    Thaddee!
    bon, moi je vais faire court, mais, si, si, ça se fait de laisser des longs commentaires très riches et très intéressants; si en plus, ils font plaisir (ce qui n’est pas une obligation en soi, à la base), welcome!
    à très bientôt par chez toi!

    répondre

  14. Posté le 28 septembre 2008 à 23 h 02 min | Permalink

    C’est fort.
    il est trop tard pour en dire plus..
    zzzzz

    répondre

    mariev répond:

    oui … c’est même assez brutal
    as-tu bien dormi?

    répondre

  15. Posté le 29 septembre 2008 à 12 h 50 min | Permalink

    Si je puis me permettre, suite à la lecture dans le sens anti chronologique de « curieux » puis « crache ton venin », je ne pense pas que ton texte soit mauvais (ou pas bon), je crois juste que la première partie « efface » un peu trop la fin qui explique tout.

    Et peut être la strophe « Non, écrabouille-les… » est de trop parce qu’elle permet de s’identifier (dans la mesure où chacun peut penser que son entourage est composé d’imbéciles, etc.), et renvoi la faute à d’hypothétiques autres.
    En gros, on est pas responsable de son malheur, mais on est responsable de ce qu’on en fait.

    répondre

    mariev répond:

    je ne comprend pas « la première partie efface la fin », en fait … j’essaye, mais … (toujours malade!!)

    mais justement, cette strophe-là est nécessaire, puique c’est elle qui explique que je parle de ceux qui renvoient la faute aux autres …

    bouh, je suis perdue (mais je note que tu ne trouves pas le texte mauvais, sourire)
    😉

    répondre

  16. Posté le 29 septembre 2008 à 18 h 51 min | Permalink

    A flute, à mon tour de ne pas me faire comprendre ! 😀
    ben disons que c’est la violence de la première partie qui marque plus que la conclusion. Au stop, ça se calme et du coup les esprits ne retiennent que la première partie, la conclusion qui explique que le « venin » vient de soi même s’efface.

    Mais en fait, tout ça, c’est à cause de Téléphone ! 😀

    répondre

    mariev répond:

    ah oui? tiens, je n’aurais pas pensé … sans doute parce que je reste souvent sur la dernière impression, moi
    merci pour l’explication … et l’éclat de rire téléphoné!!

    répondre

  17. Posté le 30 septembre 2008 à 19 h 54 min | Permalink

    Bonjour de VITA.Ce sujet me fait penser au poème « bouche » que j’ai écrit sur mon blog. VITA

    répondre

    mariev répond:

    alors je vais venir voir ça
    bonsoir Vita

    répondre

  18. Posté le 30 septembre 2008 à 21 h 39 min | Permalink

    Wow, j’ai été saisi par ces mots… J’espère que ce venin ne s’infiltrera pas en moi, moi qui vient d’expulser le venin de mon ombre…

    Bonne soirée! Mariev

    répondre

    mariev répond:

    j’aime vraiment beaucoup beaucoup ta participation à cet exo!
    je te sais protégé de ce genre de venin par toutes sortes de choses, dont l’humour et le tiramisu ne sont pas des moindres 😉

    répondre

  19. Posté le 14 octobre 2008 à 2 h 16 min | Permalink

    Moi, allez savoir pourquoi, je suis surtout sensible à une partie du message, celui qui en deux vers presqu’identique évoque un fait très important … en gros que faire souffrir suppose que soi-même on souffre.Pour positiver de manière réaliste, je soulignerais que la réciproque n’est elle et heureusement pas toujours vrai.A mediter.

    répondre

    mariev répond:

    non, heureusement!
    merci de ton passage, je n’ai pas encore vu tous ce que les autres participants avaient écrit
    à bientôt!

    répondre

  20. Posté le 15 avril 2010 à 17 h 35 min | Permalink

    Incroyable ….comme je m’y sens tout à coup chez moi , dans ce texte ….

    répondre

    mariev répond:

    Faut que tu développes … Parce que moi, je ne l’ai pas écrit pour parler de moi, je ne connais pas le crachat de venin … mais pour parler de ceux qui font ça pour se dédouaner de leurs propres souffrances en faisant souffrir les autres.
    De toute façon, il fait forcément écho, cela dit : on a tous des colères, comme ça … On a tous des chagrins, aussi …

    répondre

  21. Posté le 15 avril 2010 à 18 h 37 min | Permalink

    TU AS RAISON …la lecture de ton complément d’info est obligatoire ,necessaire ..excellente mise au point (nous avons eu les mêmes lectures on dirait ;-)…sinon ..sinon .
    bisounettes..

    répondre

    mariev répond:

    Oui, ce fut un moment très fort et intéressant, échanger à la fois sur la genèse d’un texte, son élaboration (l’écriture), l’interprétation, et des sujets plus « généraux » sur le cheminement de la vie et de chacun … J’ai beaucoup aimé relire le tout, et j’ai remis dans ma liste quelques bouquins à relire, ou tout du moins, feuilleter …
    Enfin, pour quand j’aurai repris une activité normale … grumpf

    répondre

  22. Posté le 16 avril 2010 à 19 h 43 min | Permalink

    Tout à fait d’accord avec toi !

    répondre

  23. Posté le 19 avril 2010 à 20 h 23 min | Permalink

    c’est vrai que de victime on devient très vite bourreau, c’est très tentant de vouloir faire souffrir ceux qui nous ont fait du mal et puis un jour on s’aperçoit que ce désir de faire souffrir nous fait souffrir encore plus, c’est une sorte de roue à aube, une noria où la souffrance pompe de la souffrance!c’est tellement compliqué ! parfois on a l’impression que l’on frôle la folie à force de se poser des questions!
    bises mariev c’est un beau texte

    répondre

    mariev répond:

    Reste à espérer que la plus grande majorité des gens parvienne à s’affranchir de la noria et à se balader, même s’il reste un bout de corde au cou …
    Merci, et à bientôt! 😉

    répondre

Ecrire un commentaire

Votre adresse ne sera jamais divulguée. Les champs requis sont marqués *

*
*
Question   Razz  Sad   Evil  Exclaim  Smile  Redface  Biggrin  Surprised  Eek   Confused   Cool  LOL   Mad   Twisted  Rolleyes   Wink  Idea  Arrow  Neutral  Cry   Mr. Green

Warning: fsockopen() [function.fsockopen]: php_network_getaddresses: getaddrinfo failed: Name or service not known in /home/lestoilew/sur-les-chemins/wp-content/plugins/sweetcaptcha-revolutionary-free-captcha-service/library/sweetcaptcha.php on line 81

Warning: fsockopen() [function.fsockopen]: unable to connect to www.sweetcaptcha.com:80 (php_network_getaddresses: getaddrinfo failed: Name or service not known) in /home/lestoilew/sur-les-chemins/wp-content/plugins/sweetcaptcha-revolutionary-free-captcha-service/library/sweetcaptcha.php on line 81