la montagne, ça me gagne

J’ai un truc à vous avouer ….

Voui, voui, j’ai fait un trek dans le massif du Toubkal au cours de l’été 96, certes, ça en jette, mais moi, je suis rentrée un tout petit peu « muppet »       :(

Le voyage, on se l’est payé avec une copine de boulot de l’époque; elle arrêtait pas de s’inquiéter des dénivelés affichés au programme (toujours supérieurs à 1000m), et moi je disais « mais non, ça va aller » … tout ça ; en vrai, je n’avais aucune idée consciente de ce que cela impliquait, ça me paraissait jouable compte-tenu du nombre de petites étoiles sur le guide du « trek-operator » qu’on avait choisi, genre ils disaient que la difficulté était moyenne

J’étais jeune et belle en bonne santé, pleine d’allant et d’énergie pour découvrir un pays et me coltiner un peu de sueur et de « roots »
Euh … oui … je fumais déjà pas mal … mais ça allait bien de ce côté-là, à l’époque  😉

D’entrée, j’ai eu du mal
D’entrée, j’ai trouvé les montées faramineuses, exigeantes, « coûteuses »
Très vite, il  s’est avéré que mon corps ne s’adaptait pas correctement à l’altitude, que je ne fabriquais pas assez de globules rouges pour oxygéner mes petits muscles, toute guerrière que je me sentisse alors!
Très vite, j’ai formé mon petit « grupetto » à moi (voir chez Pandora qu’est-ce que c’est) : à savoir, un des deux guides pour moi toute seule, yeehee!
Donc, un coup, j’avais le guide, qui avait toujours le sourire, un coup j’avais la guide, qui me soutenait en disant qu’avec mes mollets et un peu d’entraînement, je pourrais être guide de montagne, warf warf (merci Papa pour les mollets de footballeur, mais en vrai, ils font rien qu’à être moches et me servent à rien)
Évidemment, j’arrivais à l’endroit de la pause avec 10 à 20 minutes de retard sur les autres qui, pressés de repartir, m’accordaient royalement 10 minutes pour souffler …

super photo ratée, tronche de Bob l’Eponge version nipponne durant tout le trek, d’ailleurs, personne
ne m’a reconnue sur les photos à mon retour … (« T’es où? » … « C’est qui, ça? »  –  véridique!)

Après, on attaquait la descente et là, quand même je grillais tout le monde, j’adorais ça ; faut pas croire, c’est pas facile la descente, ça peut te mettre les genoux en compote en un rien de temps, mais moi, j’étais comme Tintin dans un pierrier dans je sais plus quel album.

Sans compter un autre truc : ma collègue, N., avec qui nous avions décidé le voyage … s’est révélée insupportable : elle parlait TOUT LE TEMPS, en descendant, en montant, au coucher, au lever, tout le temps … souvent pour se plaindre
Se plaindre de quoi?!! elle parlait en montant, non stop, pendant 1600 mètres de dénivelé (= des heueuuuures), rien qu’à l’écouter, je perdais mon souffle

Il y eut une journée formidable, celle où nous avons effectué le plus gros dénivelé du trek : en partant du lac où nous avions bivouaqué, j’étais comme une gazelle!!
Ça a duré toute la journée … je me sentais bien!

Puis ce fut le point culminant du trek, forcément
L’ascension du Toubkal, point culminant (donc) du Maghreb, 4167 m
Nuit au refuge des Chasseurs Alpins, moche, mal entretenu ; comme toutes les nuits, nous avons dormi dans la tente, à 3200 mètres
J’ai eu froid … j’ai fait des cauchemars … j’arrêtais pas de me réveiller … on nous a levés plus tôt que d’habitude … j’étais toute bouffie, le souffle court, l’impression d’avoir une éponge dans le cerveau … dès les premiers mètres … l’enfer

Y’a eu des randonneurs très sympas pour rester avec moi
On m’a poussée, tiréeengueulée, insultée, câjolée, sEcOuéEraisonnée
J’ai abandonné à 4000 mètres
Je crois bien qu’à l’époque, c’est que ça m’était tout bonnement impossible, je ne pouvais plus faire les 167 m de dénivelé restants, j’avais cette affreuse sensation de vide qui picote dans le ventre, comme si tout dans mon corps allait lâcher d’une seconde à l’autre

Et bien sûr, aujourd’hui, je regrette …

Donc … je dois y retourner
Humpf … moi qui voulais faire le Kilimandjaro!!

c’est pas vraiment que je fasse la gueule …
Mont Toubkal, Maroc, Juillet 96 … 3800 mètres?

*

7 octobre 2008

Un commentaire

  1. commentaires rapatriés
    Posté le 20 mars 2010 à 22 h 51 min | Permalink

    1) C’est marrant quand on fait une rando (je suis pas allée jusqu’au trek, chui pas maso), au début on se dit « mais qu’est-ce que j’fous là », et puis après le corps semble s’habituer à cette nouvelle situation, et là, on peut vraiment profiter. Et qu’est-ce qu’on se sent bien!
    Bon je répète, le trek, j’ai pas fait, j’en sais rien 😉
    Commentaire n°1 posté par Coq le 07/10/2008 à 18h12

    => Oui, ça m’arrive tout le temps : « qu’est-ce que je fous là, par 45° in the middle of nowhere? » (ça, c’était aux Etats-Unis, où j’ai moins souffert, ceci dit … mais j’y ai également loupé un « sommet »!)
    Réponse de mariev le 07/10/2008 à 20h06

    2) Pour t’entraîner, tu pourrais faire la route de St Jacques de Compostelle en partant du Puy…
    As-tu lu « St Jacques La Mecque »? Ou vu le film? (de Coline Serreau)
    C’est édifiant sur les gens.
    Commentaire n°2 posté par Annie le 07/10/2008 à 18h16

    => J’y ai songé très sérieusement, mais je n’ai trouvé personne pour m’accompagner à l’époque. Mais ça me tente toujours, sachant que la pire étape est celle partant de St-Jean-Pied-de-Porc (c’est ça, le nom? je me souviens plus!), bon bref, le franchissement des Pyrénées, quoi
    Non, ni vu, ni lu, du coup, je ne sais pas en quoi c’est « édifiant », et le lien avec ma montée ratée
    Réponse de mariev le 07/10/2008 à 20h08

    3) ha la marche ! ça a fait parti de mon activité professionnelle pendant pas mal de temps. j’en suis passé par des hauts et des bas, du genre « laissez moi crevez les copains, partez sans moi, je suis un boulet pi je vais mourir » ou alors « hop hop hop, même pas mal ! » entre la nuit, le jour, le brouillard total, le chaud et le froid glacial.
    j’ai connu les ampoules aux pieds, les chutes avec genou qui gonfle instantanément, le sac qui tue le dos et les godasses qui parraissent devenir trop petites au bout de dix km…
    Depuis, je béni tous les jours l’inventeur du moteur à explosion !
    Commentaire n°3 posté par jlm le 07/10/2008 à 18h59

    => Parmi tes nombreux métiers, quel fut exactement celui-ci?
    Tiens ça me fait penser à moi quand je fais du vélo par jour de vent, lol!
    J’adôôre marcher, c’est puissant, c’est riche, c’est « roots », c’est Tout …
    Réponse de mariev le 07/10/2008 à 20h09

    4) Chiche ? On y va ensemble ? Je te promets que je ne parle pas en montée (j’essaie simplement de respirer ;-))
    Commentaire n°4 posté par pandora le 07/10/2008 à 19h00

    => Chiche! 😉
    Réponse de mariev le 07/10/2008 à 20h10

    5) Marcher, quelle bénédiction!
    Dimanche dernier, j’ai réussi à atteindre la première côte de la colline d’à côté, en m’arrêtant 3 fois.
    Une belle victoire pour qui est passé par le fauteuil.
    Ne regrette pas, ce qui est fait est fait. Tu aurais très bien pu ne pas y aller. C’est ton ensorcellemnt du monde qui rend cet épisode si enrichissant. Il l’est en tout cas pour moi qui le lit. :)
    Commentaire n°5 posté par fée des agrumes le 07/10/2008 à 21h09

    => Aaaahhh, chère Fée, je savais que tu me remettrais la tête à l’endroit 😉
    En parlant d’ensorcellement du monde … j’ai beaucoup de mal avec Boris, mais j’ai vu que tu m’avais répondu … que j’avais commencé par le plus difficile! Bise
    Réponse de mariev le 07/10/2008 à 21h19

    6) J’ai du avoir mon premier vélo vers 4 ou 5 ans, mon solex à 14, ma première moto à 16 et la voiture à 18… et j’ai aussi fait du cheval. Bref, j’ai toujours eu quelque chose pour avancer plus vite sans trop de douleur ! J’avoue que je n’aime pas tellement me faire souffrir ! alors, je suis entre l’admiration et… la stupeur ! Comment peut on endurer ça ! Faut dire qu’en plus, je souffre du mal de l’altitude !
    Commentaire n°6 posté par Godnat le 07/10/2008 à 21h43

    => Très drôle!Dès ton plus jeune âge, donc! Ah, la randonnée, le trek … c’est une expérience très très enrichissante, même (parce que ?) si elle est dure … éprouver ses limites physiques (et comme le dit Pandora, apprendre l’humilité), apprendre à écouter son corps tout en regardant autour de soi les nuages, plus près de toi soudain …
    Apparemment, je souffre aussi du mal de l’altitude, mais ça peut se préparer, ça
    Réponse de mariev le 08/10/2008 à 07h12

    7) Petit complèment: ce que tu décris, visage bouffie et grosse fatigue, ça ressemble vraiment à un mal des montagnes, alors je crois que tu as bien fait de t’arrêter si tu n’en pouvais plus.
    Ce que la montagne nous apprend, c’est aussi et d’abord à rester humble 😉
    Et quelquefois cette leçon est plus profitable qu’une ascension réussie…
    Commentaire n°7 posté par pandora le 07/10/2008 à 22h35

    => Yep … zut …. Tout à fait, et c’est bien ce que j’ai dû penser à l’époque, en partie pour me « rassurer », mais comme le temps passe, on oublie certaines douleurs et difficultés, et on se dit : « mais quand même, j’aurais pu le faire!! »
    Réponse de mariev le 08/10/2008 à 07h13

    8) Comme quoi, tout est relatif….
    Baisers;
    Commentaire n°8 posté par ut le 07/10/2008 à 22h53

    => Comme disait mon ami Einstein
    Réponse de mariev le 08/10/2008 à 07h14

    9) Encore un beau récit plein d’humour !
    Tiens, il va falloir que je raconte un jour ma DESCENTE au fond du Grand Canyon (et ben oui, je suis ressortie ! à pied ! Avec sac à dos !)
    Ayeh…histoire de ne pas me faire dépasser par les nénettes françaises, non mais !
    😉
    Commentaire n°9 posté par joye le 08/10/2008 à 00h40

    => Si tu en es ressortie … c’est qu’il t’a fallu grimper après … le pire à mon avis, commencer par une descente!! Je l’ai fait à Bryce Canyon, puisque tous les points de départ de rando étaient sur le plateau … ça me minait un peu le moral, savoir qu’il faudrait tout remonter après !
    J’attends ton récit!!
    Réponse de mariev le 08/10/2008 à 07h16

    10) Bon,bah là,deja impossible a lire…tu as superposée deux articles???Je pense que c’est pas volontaire,corrige pour que……
    Commentaire n°10 posté par B.Secret le 08/10/2008 à 06h41

    => Aucune idée de ce qu’il s’est passé, du coup j’ai raccourci l’article sur Bashung, mais ça m’énerve…
    Réponse de mariev le 08/10/2008 à 07h18

    11) t’es-tu remise à la randonnée? aller au bout de ses limites est une expérience intéressante, même si sur le moment, on râle, pn pleure, on « enguele »celui qui vous a entrainé dans cette galère, et ce fut mon cas, mais aprés, il ne reste que les bons souvenirs.
    ne regrette pas d’avoir abandonné avant, si tu étais à bout. tu auras certainement l’occasion de recommencer; inscris toi dans un club; ta région est si belle!
    bisous, birgit
    Commentaire n°11 posté par birgit le 08/10/2008 à 11h28

    => L’inscription au club de rando est toujours à l’ordre du jour
    Mais c’est vrai, c’est ça la rando, on regrette pas après, et bon, même le Toubkal raté, je le regrette pas tant que ça (m’enfin quand même, j’aurais aimé culminer au-dessus du Maghreb, ça doit être beau!)
    Bise
    Réponse de mariev le 08/10/2008 à 16h33

    12) Hahaha, j’aime bien le « ya que 2 étoiles sur 4 pour la difficulté. »
    Sans avoir pensé que c’est par rapport aux autres trek, et pas absolue.
    Commentaire n°12 posté par oliv Kronsilds le 08/10/2008 à 12h44

    => Ah bah oui 😳
    Du coup … je ne m’en suis pas si mal tirée, hein!
    Réponse de mariev le 08/10/2008 à 16h36

    13) haaaaaaaa ca mieux….moi je detste la randonné,le velo,le sport en general,mais,tu vas rire,j’ai des chaussures de marche,et je me suis achetée,un vtt,a 175 euros,HONTEUX,il est foutu!!!!
    Tu vois,ce qui est bien c’est la decouverte de l’autre….
    Commentaire n°13 posté par B.Secret le 08/10/2008 à 15h27

    => Pourquoi il est foutu?
    Mon VTC à 250 euros, j’ai cru qu’il était foutu, à avoir dormi trois ans dans mon garage, ben en fait non … juste un petit coup de pompe dans les pneus
    Mais je déteste faire du vélo quand il y a du vent, je deviens zinzin, envie de jeter le vélo parterre, de shooter dedans … parce que j’avance pas!!
    La découverte de l’autre … et de soi, aussi, pendant un trek, quelle richesse!
    Réponse de mariev le 08/10/2008 à 16h43

    14) Et voilà le quatorzième de cordée qui arrive. Ah, les grosses galères, c’est toujours très dur sur le coup, et souvent très marrant après.
    Bon, je crois que après plusieurs semaines d’hésitation, c’est bien un hérisson que tu tiens dans les mains sur ta photo. C’est ça ?
    Bonne soirée à toi;-)
    Commentaire n°14 posté par Fabien le 08/10/2008 à 20h07

    => Oui!! C’est un petit hérisson, tout à fait
    Tu m’as fait rire! Bien belle journée à toi 😉
    Réponse de mariev le 09/10/2008 à 13h07

    15) J’espère que Bob l’éponge version nippone va bien
    Wow, je ne sais absolument pas si j’aurais pu monter aussi haut moi ^^
    Pour ta collègue… On ne peut jamais s’imaginer ce que ça peut donner une fois sorti du bureau 😉
    Bonne soirée!
    Commentaire n°15 posté par Jim le 12/10/2008 à 17h24

    => San Bob L’éponge va bien 😉
    Ouais, je sais bien, pour les collègues, c’est sûr que toi tu penserais même pas à partir avec le tien!
    Réponse de mariev le 12/10/2008 à 19h03

    16) C’est super d’avoir essayé, on vient de faire le kili avec un ami
    il n’est pas très dur, il faut surtout etre motivé et s’entrainer un an avant
    bonne chance
    Commentaire n°16 posté par Didier LAPEYRE le 26/10/2008 à 06h31

    => Merci didier, je viens de parcourir ton récit du Kili … waow … non, me faudrait deux ans de préparation … et je crois que j’ai un vrai problème d’adaptation à l’altitude, hélas
    Réponse de mariev le 02/11/2008 à 19h30

    répondre

Ecrire un commentaire

Votre adresse ne sera jamais divulguée. Les champs requis sont marqués *

*
*
Question   Razz  Sad   Evil  Exclaim  Smile  Redface  Biggrin  Surprised  Eek   Confused   Cool  LOL   Mad   Twisted  Rolleyes   Wink  Idea  Arrow  Neutral  Cry   Mr. Green